suicide d'un gendarme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

suicide d'un gendarme

Message  stephane le Sam 5 Juil - 0:53

Un gendarme se suicide

L'Union

Deux hommes morts en service en 2007-2008 et un troisième qui se suicide hier matin : la gendarmerie des Ardennes paie un lourd tribut ces derniers mois.
Depuis 24 heures, la communauté de brigade de Vireux-Givet est sous le choc.
Alors qu'il était à son domicile, un gendarme s'est donné la mort avec son arme de service hier, vers 10 h 15. Il habitait seul dans l'un des pavillons individuels situés dans l'enceinte de gendarmerie où vivent une trentaine de militaires avec leur famille, à la sortie de Givet, sur la route de Beauraing.
Qu'est-ce qui l'a amené à passer à l'acte ? Hier, son entourage se gardait bien d'avancer une explication. Sa hiérarchie et ses camarades de travail encaissaient le coup avec toute la discrétion et la dignité qu'on leur connaît.
La brigade givetoise a été fermée, les urgences basculées sur d'autres effectifs du groupement des Ardennes.
Le commandant du groupement, le colonel Michel Méhaut, a passé la journée au plus près de ses hommes. Une équipe psychologique s'est également rendue sur place. Un accompagnement social et humain est proposé aux militaires et à leurs proches.
Ce suicide est-il révélateur d'un climat détérioré ou d'une sinistrose particulière à la gendarmerie ? Le lieutenant-colonel Lecras, à l'Etat-major régional, ne le pense pas. « Comme toutes les strates de la société, on n'échappe pas au problème du suicide », indique-t-il. « Les raisons du passage à l'acte sont aussi diverses que pour tout à chacun ». Le fait de détenir une arme de service facilite-t-il ce passage à l'acte ? Dans les Ardennes, terre de chasse où les fusils et carabines abondent, on peut d'autant plus difficilement faire le raccourci, que, de mémoire locale, le groupement n'a pas été confronté au suicide d'un de ses militaires depuis au moins 2005, alors qu'il y a eu plusieurs décès brutaux par balle dans d'autres corps professionnels.
Selon les chiffres communiqués par la direction générale de la gendarmerie, au plan national, il y a une trentaine de suicides par an au sein de cette arme, ce qui est peu au regard des 110.000 hommes qui la composent.
La cohésion militaire et l'entourage en casernement constituant selon l'Etat-major un rempart préventif

stephane
Habitué
Habitué

Masculin Nombre de messages : 84
Age : 43
Localisation : Nantes
Statut : civil
Date d'inscription : 29/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum