Il tire en direction des gendarmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il tire en direction des gendarmes

Message  stephane le Mar 17 Juin - 23:01

Après un différend familial, le quadragénaire reçoit les gendarmes avec un fusil de chasse avant de se rendre.

Briatexte. Retranché dans sa maison, il tire vers les gendarmes



Tout est parti d'un différend familial au domicile de ce couple de Briatextois. Dimanche vers 20 h 30, un homme s'est retranché dans sa maison armé d'un fusil de chasse avant de faire feu à plusieurs reprises à l'arrivée des gendarmes. Finalement, il acceptait de donner son fusil à son frère arrivé sur les lieux puis se rendait aux forces de l'ordre. Il était près de 22 heures.

À l'origine de ce fait divers qui aurait pu très mal tourner, une dispute entre ce charpentier de formation et sa compagne. Âgé de quarante ans, il rentre ce dimanche d'un ball-trap. La querelle est suffisamment vive pour que le fils de 17 ans décide de prévenir la gendarmerie. L'habitation est située au lieu-dit « Les Massots », entre Briatexte et Cabanès. Un hameau en pleine campagne composé de cinq à six maisons. Le véhicule de la gendarmerie de Graulhet arrive avec deux hommes. Deux coups de feu éclatent. Le tir semble dirigé au-dessus de la camionnette.

Des renforts sont aussitôt demandés. L'homme est, selon plusieurs témoignages, seul dans la maison. La femme et son fils sont sortis.

Des hommes de la brigade de Lavaur rejoignent les gendarmes graulhétois ainsi que des membres du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Castres. Ils sont de nouveau accueillis par trois coups de feu. L'homme va jusqu'à les provoquer en sortant de la maison. Les gendarmes se disposent autour de l'habitation. L'opération est pilotée par le lieutenant Doumenc, commandant la communauté de brigades de Lavaur. Le colonel Machut s'est aussi rendu sur les lieux. Les services spécialisés de Toulouse mais aussi de Paris sont mis au courant de la situation, en cas de nécessité.

La famille du forcené est alertée. Son père et son frère arrivent de Busque, un village voisin. La négociation s'entame, elle va durer une heure. Le frère qui est entré dans la maison pour parlementer ressort en criant : « J'ai son fusil ». À l'arrivée des gendarmes, le forcené est assis sur les marches de la maison, totalement effondré par son geste. Il est aussitôt placé en garde à vue à la brigade de Lavaur. Il y était toujours hier soir.

À Briatexte, ce lundi, pour ceux qui ont été mis au courant de cet événement, c'est la surprise qui prédomine. L'homme n'avait guère fait parler de lui. Il était peu connu même dans le voisinage, surtout surpris par le déploiement des forces de l'ordre comme cet habitant rentré chez lui dans la soirée. Mais on a évité le pire.


LA DEPECHE - le 17 juin 2008

stephane
Habitué
Habitué

Masculin Nombre de messages : 84
Age : 43
Localisation : Nantes
Statut : civil
Date d'inscription : 29/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum